Les Missives Bleues IX

bleu 3

En guise de soleil dominical, c’est un temps incertain qui trace ses bissectrices dans un ciel de cristal ébréché ce matin!

Vous verriez cette vanité du vent qui veut à tout prix l’abeille sur la violette esseulée et qui lui vole la vue un instant!

Dans la lézarde des yeux à laquelle moi aussi il me contraint, je vous vois pourtant , pareil, effleurant la fleur secrète de notre accord dans vos lieux lointains que la lumière prend d’un seul coup…

Je compte les gouttes de présent sur ma main privée de vous.

La pierre chaude et humide du seuil vous attend, vous le savez bien.

Je vous écrirai demain.

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Les Missives Bleues IX

  1. Je ne voyais rien d’incertain au départ, hélas crédule, me suis-je laissé aller à croire à la paix dominicale, il a fallu que mon écrit disparaisse en fumée.
    Le cristal fut ébréché à mon corps défendant
    Sans que le vers pourtant ne soit brisé
    Les seins guillerets du beau temps retiendront donc mon émoi en vert et contre tout.
    Savez-vous planter les choux ? Bien sûr que oui, même plus que cha…
    S’il passe un bruit d’ailes en couleur, ne fermez pas le poste laissez moi en sortir, MA, pour un moment de menthe.
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s