Les Missives Bleues XI

bleu 3

Penchée au sourire en coin de ce papier, je vous écris.

D’aucuns penseraient que ce ne sont que roses anciennes et antiques romances d’un épistolaire compassé qu’entretiennent d’enfantines mains.

Mais le jardin s’en moque comme de sa première robe c’est certain et s’épanouit sans répit en l’absence de soleil pourtant.

La poésie de la terre ne cesse pas pour autant et j’offre en tout lieu qui m’indiffère, là où poussent de saisonnières idéologies, un sourire de marbre poli depuis des années contre ce qui se veut chagrin.

Alors je prends le temps puisque seul le temps me manque; je prends le train des lointains que je me suis choisis et je conçois sous la peau des projets à rendre jaloux le jasmin.

Ci-joint à nouveau des photos du jardin,

je vous écrirai demain.

20190519_152448

20190519_122345

2 réflexions sur “Les Missives Bleues XI

  1. Ce qui tend à brousser de l’herbe me rend volubile comme un liston reluquant une rame ô séant
    Vous écrire m’est délicat
    Vu les virages
    Laisser moi vous lover jusqu’au retour de ligne droite
    Et dire que vous êtes toute en courbes , Ma…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s