Les Missives bleues XIV

bleu 3

Je vous écris,

mon front s’appuie sur ce qui porte un peu plus haut encore. Le sommeil déjà s’éloigne à longues enjambées, les tempes éclatées de rosée et

le jour prodigue ses boutons d’or pour prolonger ce qui est indicible.

C’est assez pour que j’ordonne à mon esprit sensible de ne pas s’égarer davantage.

Je vous vois, pèlerin d’un seul voyage, les bras étendus sur le cercle de l’horizon et le corps rompu à jouir de la vie, faisant le compte raisonnable des saisons, jugeant qu’il est temps désormais de revenir.

Avant que ce samedi à ma campagne ne vous rende, pourriez-vous glisser dans vos bagages quelques pots de ce miel sauvage dont je suis si gourmande?

Vous pouvez en revanche laisser vos châteaux en Espagne. J’ai des projets bien plus simples d’essentiel piqués d’étoiles dans les yeux.

Ici s’achèvent les Missives Bleues.

 

Barbara Auzou.

 

5 réflexions sur “Les Missives bleues XIV

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s