Plein de plages

Grande main gauche, Musée Rodin

big

Mon sang que je remonte jusqu’au pouls est plein de plages qui me racontent la grâce légère d’un genou que l’on caresse comme un enfant plein de sable

Et pour la première fois je mesure combien sont grandes tes mains et subtilement adaptables au tambour de soie de ma peau accrue avec l’âge

 

Barbara Auzou.

 

5 réflexions sur “Plein de plages

  1. Au puits du pouls
    en vent des
    dans l’arène atlantique
    je suis venue en sang ganté d’Iroise

    J’avais je sais plus quel âge
    quand sans le savoir j’embarquais
    dans la taille démesurée de tes mains
    pour mon petit empan d’alors…
    N-L

    Aimé par 1 personne

    • J’ai désiré

      Des mains savantes disant sève et silence au cœur de l’ordinaire

      Sublimé Pure durée

      Des mains faucheuses de blé

      Ouvrières devant les fenêtres du monde et ses volcans furieux

      Des mains d’orgueil sur leur poignet levé au clairon et qui abondent

      En signes lumineux Des mains de rondes lentes et blanches

      Proues du menton et berceau sûr du genou

      Des mains coq de bruyère sur des forêts en feu

      Se livrant à des tournois millénaires

      Des mains à émettre des oiseaux sur les joues

      Et des rayons sur le fruit et dans les branches

      Barbara Auzou.

      Merci mon Alain…

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s