L’EPOQUE 2019/30 – « POUR LUMIERE SEULE, MON AMOUR »

Voici « POUR LUMIERE SEULE, MON AMOUR » le trentième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050877

                              L’EPOQUE 2019/ 30   POUR LUMIERE SEULE,MON AMOUR

Acrylique s/toile 55×46
Niala

 

Pour lumière seule

Mon amour nous aurons un clocher

Pour aller avec le coq bellâtre qui règne sur le poulailler

Et au-dessus de l’âtre un certificat attestant du tendre gravé

À la fleur de crête du bougainvillier

 

Nous aurons des étés précoces et des opéras à volonté

Des journées qui lèvent les fruits

Et de nos pouls féroces

Nous ferons des bouquets

Qui tremblent dans les hautes herbes du ciel

 

Nous aurons cette part d’éternel à tous refusée

Et de l’eau qui coule

Pour nous consoler de la poussière

 

Pour seule lumière

Mon amour nous aurons notre peau retroussée

Sous les pins maritimes

Et nos veines emprunteront un chemin intime

De sel et de certitude

Consommés entre le thym et le laurier

 

Dans le soir apaisé de nos sueurs

Nous épinglerons en riant les papillons ajournés de nos peurs

Qui tremblants toujours nous indiquèrent le sud

Sans jamais se tromper

 

  

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “L’EPOQUE 2019/30 – « POUR LUMIERE SEULE, MON AMOUR »

  1. Chaque jour possède sa part de responsabilité et sa part de mauvais karma auquel on est étrange. D’où une forme d’ordre où la pagaille cherche à pénétrer.
    Aujourd’hui le temps est incompatible avec une tolérance déplacée. On ne change rien à l’absurde qui demeure dominant par choix et non comme on le pense à tort par manque de moyens. Les gens curieux de savoir s’améliorent toujours, ceux qui ne sont curieux que du quotidien de Laetitia Hallyday ne produisent que crasse culturelle. Internet se fait le champion de ces derniers.
    Qui est-capable de parler de Neruda en l’entendant tout à fait, à part toi et quelques autres je n’en connais pas, Ma.
    Je suis dans une envie de faire ce que j’ai toujours laissé de côté. Finir mon oeuvre en lui donnant ce qu’elle mérite dans l’art. J’ai eu un grand tort de ne refuser la filière.
    Oui, quelque chose aboutit ici, entendez dans mon travail et celui de Barbara, Quelque chose qui souffre trop d’indifférence par défaut .
    Les circonstances ont fait que j’ai été complètement décalé ce matin dans mon horaire. A la réflexion je ne vois rien qui qui doive être imputé au hasard. C’est dans le faire, dans le lien fort de mon existence, et non dans la gazette du cours du chou-fleur qu’il faut trouver la réponse…

    N-L

    Aimé par 2 personnes

    • Il y a quelque chose de dense, uni, installé au fond
      répétant son chiffre, son signe identique.
      Ainsi remarque-t-on que les pierres ont touché le temps
      Dans leur fine matière il y a une odeur d’âge
      et l’eau qu’amène la mer, et son sel et son rêve

      Pablo Neruda, extrait du poème « Unité »

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s