Dix heures et demi du soir en été

coupeur-deau

Le soleil gémit d’un trop grand feu dans la glycine heureuse

Entre les corps la distance se creuse

maintenant les fers du doute

et les mares asséchées inversent les routes

jusqu’à la poussière jusqu’à mon cri blanc

Dix heures et demie du soir en été *

 

Barbara Auzou

 

Roman de Marguerite Duras *

 

3 réflexions sur “Dix heures et demi du soir en été

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s