Espace sucré/ Barbara Auzou Dolce sazio/ Marcello Comittini

Ce matin, j’avais publié ce poème, puis dans un vrai moment de doute je l’ai retiré, le jugeant inabouti….

72bce7f776b8bdc71d38bd05e4a48831

Le regard froid des statues

resté obstinément à l’orée de l’âge

m’escamote un instant puis me restitue

aux jardins détroussés par le vent

et à l’espace sucré de l’été qui m’ingère

dans son hoquet indécent

et satisfait comme un mirage

 

Barbara Auzou

 

Et puis ce midi, j’ai reçu ce message de Marcello Comittini:

Chère Barbara,

j’ai traduit la très belle poésie que vous avez écrite ce matin, mais je ne la trouve plus.

Si vous avez l’intention de la publier à nouveau, voila ma traduction:

 

Cela m’a fait beaucoup de bien et a chassé mes doutes…C’est donc avec plaisir que je publie ici la traduction de Marcello que je salue pour sa gentillesse et sa fidélité sans faille à ma poésie…

72bce7f776b8bdc71d38bd05e4a48831

Dolce spazio

 

Lo sguardo freddo delle statue

rimasto ostinatamente sulla soglia del tempo (1)

mi evita per un attimo (2). Poi mi rende

ai giardini rapinati dal vento

e al dolce spazio dell’estate che mi inghiotte

con un singhiozzo osceno

e soddisfatto come un miraggio.

 

(1)J’ai traduit par « Au seuil du temps » ce que vous avez appelé « à

l’orée de l’âge »

(2)J’ai cassé la phrase en mettant un point, parce que elle semblait trop long.

 

Merci Marcello.

17 réflexions sur “Espace sucré/ Barbara Auzou Dolce sazio/ Marcello Comittini

  1. Merci Marcello, je l’avais vu s’enfuir comme au jardin on sent des fleurs qu’on ne peut voir.
    Merci oui d’en avoir replanté la vue.
    Tu sais Ma, tu aurais du attendre le retour du jour avant d’éteindre la lumière. Mais heureusement il y avait un gardien pour veiller au phare…
    N-L

    Aimé par 2 personnes

  2. Merci à vous, Barbara, parce que vous avez écrit des très beaux vers. Vous avez trouvé au fond du regard impitoyable de cette statue (qui vit hors de tout âge), la pitié pour notre condition d’êtres humains soumis au passage des saisons et du temps. Et cela suscite la sensibilité de ceux qui lisent vos vers.

    Aimé par 1 personne

  3. « Mais…. » C’est le seul mot qui m’est venu à l’esprit en lisant ce poème. Non pas parce qu’il ne m’inspire pas mais plutôt parce que je ne m’attendais plus à lire quelque chose de cette qualité au hasard de mes errances sur le web.

    « Il y a dans l’été je trouve bien plus que dans l’hiver quelque chose de la fin du monde. »

    Même cette phrase me ramène, dans son fond et dans sa forme, à des souvenirs de romans ou de poésies que je lisais il y a longtemps. Je partage votre sens de l’esthétique que je pensais disparu ou du moins proche de l’être.

    Merci pour le partage

    Aimé par 2 personnes

Répondre à smaynill Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s