Famines

d998be60f5c7616472f18e37f8676926

Quand les grandes famines de l’émotion auront pillé ce qu’il reste de la pensée

le genou de l’intention se balancera seul sur sa courbe féminine

au-dessus d’un grand champ qui renoncerait à verdir

au prisme d’une huile appauvrie

Puis dans son impérieuse nécessité à remettre le rêve sur son axe

se relèvera

mu par un puissant mécanisme qui bouscule la syntaxe

et lève les blés sur le poème

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “Famines

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s