GRAAL

 

e0355c728233098b26f1e900095d2b11

À Suzanne, et à son fils…

 

Alors tu as tourné contre les murs les têtes

Pleines de larmes prisonnières des images

Attrapé les monstres de l’enfance à apaiser

Et tu es parti converser avec des arbres sans âge

Chercher de quoi bâtir ta quête

Toi tu voulais le bleu immense d’une fête

Sans rumeur à poser contre la mélancolie ordinaire

Et l’icône d’une très douce patience qui balancerait sa peine légère

Entre des seins familiers dont tu te souviens soudain de l’odeur

Ton seul Graal serait de rendre sa belle robe de verre à la reine du bal

Rendre le silence à sa belle voix blessée et des années après embrasser

Très doucement dans le fond des yeux sa belle joue de juin

 

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “GRAAL

  1. Emoi
    Fils de Suzanne
    L’âme dans le reflet tain par ta rivière
    En pointes de mère qui piquent vois ce premier acide passer l’œil
    Le raz de marrées
    La risée des grands
    Mômes en caps d’épais exodes
    L’avènement que seul un androgyne comprendra et sacrera en l’égalité de la Femme
    Jusqu’au sacrifice de sa semence…
    N-L

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s