Blonde ascension

abbdfa3fe219bd167b3f5bdd3d4cc17f

Bien sûr les genoux se dérobent

Bien sûr les choses froides se fendent

Sur la nuit et ses murs sempiternels

Et l’on reste suspendus aux grands filets du monde

À son altérité

À son opprobre facile

Comme sur une balancelle

Mais creusant au même endroit

Toujours dans la saison des yeux

On regagne sur l’exigu un lieu

Une ficelle

Une maison

Un morceau de jour volatile entre soi et ciel

Au duvet clair d’une blonde ascension

 

Barbara Auzou.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s