Septembre

basalte

 

J’ai fait halte

Pour respirer

Toi tu avais des collines mauves

Dans tes pensées

Lunaires du basalte qu’on y devine

Fous comme des enfants derrière l’alcôve

De septembre on a tiré un rideau

Pour nous réchauffer et faire mine

Comme si ce n’était déjà fait

Sur le champ de nous éprendre

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Septembre

  1. Sans peine à choisir entre un ban et une place vide
    Le sable comme mousse d’écume
    Autour de tes seins émergeant
    La plage est microsillon d’une graine
    Au nu sentinelle de nos corps de garde
    Si l’ardoise écolière fait toit, nos cartables font valises pour descendre à l’autel de nos prières
    Dans l’aumônière de Septembre…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s