Soudaine écorce / Paul Chaulot

paul chaulot

Là-bas s’épanchera
dans le vol régnant
d’une libellule
un long jour torride.

N’approche pas cette ferveur :
c’est toujours en toi que tu brûles,
toujours en toi
le ravage et le glissement.

Le sagittaire des marais
au fond d’un dieu
t’égare.

Paul Chaulot, Soudaine Écorce

 

Né en 1914 à Lanty-sur-Aube et mort en 1969, Paul Chaulot est un poète et écrivain français.

Gagnant sa vie comme fonctionnaire, il fut chroniqueur dans de grandes revues : les Cahiers du Sud, Esprit, Le Mercure de France et collaborateur de plusieurs revues étrangères.

En tant que poète, il publia de nombreux recueils dont les deux premiers, avant 1940 étaient plutôt d’inspiration surréaliste. Après-guerre, sa poésie devint plus humaniste et en 1951, par l’entremise de Jean Rousselot, son collègue au ministère de l’Intérieur, il se lia d’amitié avec les auteurs de l’École de Rochefort. En 1949, il se vit récompensé par le Prix Apollinaire pour Contre-terre et obtint le Prix Max Jacob en 1967 pour Soudaine écorce.

Paul Chaulot exista également en tant que romancier et comme traducteur de hongrois.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s