Ingrid Bringas / Rien ne m’a été étranger

ingrid bringas

Nous perdons trace de nous-mêmes
sens de nous-mêmes
diaspora
nous avons une pièce en notre sein
un cœur de porc, un lieu peuplé de morts et de vivants
une terre qui toutes ces années nous a ensevelis pleine de songes terrifiants
de rires d’une fête qui jamais ne prend fin
je les entends crier avec leur peau orangée face au soleil
et leur question est :
qu’as tu déterré de toi durant toutes ces années ?
mon troisième œil me dit que jamais je n’ai été seule
que seul ce qui reste est trace de nous-mêmes
(exil exil)
de ce que j’ensevelis rien ne devra mourir

 

Perdimos el rastro de nosotros

el significado de nosotros

diáspora

tenemos una habitación en el pecho

un corazón de cerdo , un lugar de muertos y de vivos

una tierra que nos ha sepultado todos estos años llena de sueños espantosos

de risas de una fiesta que nunca termina

yo los oigo gritar con su piel anaranjada de frente al sol

y su pregunta es :

¿ que has desenterrado de ti todos estos años?

mi tercer ojo me dice que nunca he estado sola

que sólo  lo que queda es el rastro de nosotros

(exilio,exilio)

nada de lo que sepulte debe morir.

 

Ingrid Bringas est une poétesse mexicaine. 

– Antologia de Escritores por Santa Catarina (CONARTE,2014)

– Antologìa “Extática” de poesía femenina ( SaltoMortal,2015)

– La Edad de los Salvajes ( Editorial  Montea ,2015)

 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s