Si lentes les métamorphoses

si lentes les métamorphoses

Elles sont si lentes les métamorphoses dans le maintien tiède et trop courtois de vos jardins

que je préfère fleurir au cœur d’une saison ardente dans un buisson connu de toi

Seul et que la brume veille comme sur l’unique rose qui tient tête aux mains

Du jardinier et à sa brouette féroce roulant de pâles copies du soleil

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “Si lentes les métamorphoses

  1. Les vents vont trop vites
    Ils perdent tout discernement et balaient à tout va
    La fleur que l’on sait comme notre jardin en sa totalité, il faut la tuteurer de nos bras et la tenir à l’abri de tes seins
    Je suis face à la vague encore debout sur le pont, Ma…

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s