Aux prés de la rêverie

aux prés de la reverie

Garde-moi dans tes mains aux prés de la rêverie

Il y a des assassins au bord des routes qui arrêtent les trains

Accrochent des cris et des doutes à des arbres secs sans un mot pour l’amour à éponger le cœur

Le soleil se casse sur mille pignons qui voudraient la pluie sur notre ardeur

Les vaches se taisent dans la placidité de leurs yeux fous et n’en pensent pas moins

 

Barbara Auzou

3 réflexions sur “Aux prés de la rêverie

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s