Apophyse du fémur/Costis Guimossoùlis

costis

Les talons à musique et les robes suantes de la nuit. La blessure de l’insomnie et la lumière lépreuse du sommeil. La canicule des cheveux surnage sur l’oreiller. Sur le fouet des cieux et la grêle des rêves. Déluge de remords sur les murs et dans l’œil. Les habits dégringolent. Des raisins sauvages qui gémissent pleins de fer et de sel. Le jet d’eau de l’ouïe fouette mon lit.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s