Ce n’est rien II (dernier ratage)

 

dernier ratage

Le temps s’incline

Dans une confusion de sons

De feux et d’ailes et l’on devine

Ce qu’on voulait éternel

Derrière des moignons de murs

Le liseron heureux figure

L’emplacement de l’ancienne maison

Un ventre à l’abandon tressaille dans sa brique

La matrice sans écart d’un vieux portique

Pleure son envergure perdue On entend un poème

Rendre la réalité de sa musique sur le revers d’un talus

 

Barbara Auzou.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s