Fous

fous

Comme il faut être fou pour allumer

Dans les yeux des gens sensés

Le chamois imprévisible de la vie

Partout partout la beauté du cri

Veut lâcher tous ses oiseaux

Vers un peu plus de laine

On nous annonce un présage

Favorable à l’amour

Viens lançons le fruit chaud

De notre haleine dans l’anesthésie

Du jour

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Fous

  1. Du couffin des folles tenues de démesure machinale, la machine à baiser à perdu tout discernement. Chamois le sait. Quand toute fendue la montagne n’ouvre au col que nommément.
    La voie de Marguerite tient le fleuve en lit propre. Les sabots des laines tirant l’Epopée par la crinière…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s