Le premier poème

le premier poeme

La première poésie de notre vie

Fut un mamelon anxieux

De ne pas assez nous nourrir

Où l’on but goulûment la rumeur

Douce-amère des lendemains.

Dans le coeur fourragé

On entra plus hauts que laines

L’œil embué d’une tendresse opaque.

Certains y compteraient les moutons

De leurs déconvenues D’autres épouseraient

La bergère nue de leur émoi premier

Lui bâtiraient une maison avec un coq

Du matin au centre du désir

 

Barbara Auzou.

12 réflexions sur “Le premier poème

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s