À l’entrée du possible

a l'entrée du possible

Il y aura des papillons blancs

à l’entrée du possible

Des images d’eaux

En résidence permanente

où la bouche précède la faim

de ses étangs secoués

Puis il n’y aura plus rien

d’autre que la peau lente

Volume griffé de fleurs farouches

qui l’emporte sur la parole

de plusieurs arpents

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “À l’entrée du possible

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s