Pour en épouser mieux (II)

pour en epouser mieux 2

Et c’est un plus vrai sommeil qui rabat sur nous la nuit crue

Remuée en secret par un grand pan d’air conçu dans une juvénile pensée

Le corps s’exténue dans un velours vert qui fait la peau de la maison et les pas de notre traversée

Sur les strates entassées des périls qui voudraient interrompre notre si vivant poème

Qu’on se verse de bouche à bouche comme les citrons nubiles de la lune

 

Barbara Auzou.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s