Et s’il fallait…

et s'il fallait

Et s’il fallait

Que d’un coeur emprunté les mots

N’aient pour seule raison que la nostalgique pensée d’une rose

J’irais nourrir le rond dans la musique furieuse d’un autre vallon

Ami des oiseaux et ami des mains avec un balcon pour lendemain

Faisant pousser ses terminaisons nerveuses jusque dans une autre prose

Qui vous ferait sentir profond le choc tellurique qu’un seul bec taraude

 

Barbara Auzou.

 

3 réflexions sur “Et s’il fallait…

  1. A la terre qui aux doigts échappe
    s’il le fallait je tendrais la toile qui récoltait le grain quand le fléau battait la paille
    Au repli de l’herbe haute se tient l’humble violette
    Du nuage de laid je sépare le cas fait
    Chacune de nos cellules se termine en la m’aime…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s