Comme je t’écoute

les-rails

En quête d’un instant nu

Comme je t’écoute dire la vie

Ses bijoux forcés ses dérives continues

Vers des hauteurs à nous consoler

D’être petits

Ses locomotives crois-tu

Qu’elles se froissent les joues

Sur des prénoms oubliés au bout

Des rails  Crois-tu qu’il faille

Brider nos chevaux fous

Pour que brille un jour

L’or facile à nos genoux

Quand l’un répond l’autre a déjà senti

Le dire subtil et subit des amours

Roses d’un excès tu

 

 

Barbara Auzou.

 

2 réflexions sur “Comme je t’écoute

  1. Pou dire vrai j’ai dormi un peu avant de répondre
    me disant que de toute manière j’arrivera pas avant les aveugles qui sébilent
    alors voici
    un train part de Rouant en Transislavie pour emmener 10 normandes à la laiterie
    à quelle heur, sachant qu’aucune n’est frigide, le laid sera-t-il caillé ?
    Les likes fondent comme un paquet d’beurre au soleil, sont pas plus matheux que lecteurs
    je peux sortir mon train électrique du placard et monter les rails comme un chinois au far-wes
    je te dis roule ma poule et joue le coq du parking
    tu e en joie
    et le rire me prend au point que je nous secoue au passage des traverses sans jamais m’arrêter aux gares
    si c’est pas subtil c’est que ça n’est pas de l’amour..
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s