Au coeur de la chose

oeuf cassé

La nuit noire gagne les rues

Qui s’efforcent de m’étreindre

Et son convoi stationne à portée de mains

Sous le temps divisé par les horloges

Et moi je veux dormir au cœur de la chose

Là où on loge bercée aux reins

D’une terre fertile mesurant la distance du rêve

Qui nous positionne ailleurs que dans le profit

Soudoyant aussi le poème qui pourtant ne rapporte rien

 

Barbara Auzou.

10 réflexions sur “Au coeur de la chose

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s