Aux créneaux de l’œil

hommage_a_marguerite_duras-d7915

Même si nos langues analogues

Refusent les compromis

Vois comme aux créneaux de l’œil

Nos cercles de patience ont grandi

Avec l’âge Ils sont le refuge illusoire

Où l’on couche le verdict d’impuissance

Que l’on aura à caresser jusqu’au deuil

De ce monde dont on avait rêvé

Et notre nudité en son ravissement

Nous exile encore davantage

 

Barbara Auzou.

 

 

5 réflexions sur “Aux créneaux de l’œil

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s