J’habite une rue non-passante

pré ferroviaire

J’habite une rue non-passante posée sur un pré ferroviaire qui connaît des silences à déraciner les mains et à effeuiller les yeux

On y vit heureux à la suite de ses soleils  Les jambes droites comme des rails obstinés que dispersent des touffes d’oiseaux

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “J’habite une rue non-passante

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s