2 réflexions sur “Hâtons-nous

  1. Epincetés aux fils des toiles
    tissage étroit d’un large cap
    les yeux hors de valises voyagent
    Je connais la férocité du temps
    la fleur qui penche tête lourde
    le trouble des jambes au bord du perron
    et j’enfourche le cheval qui n’a jamais trahi depuis le pouls lin
    à l’écarté de la bouche pincée
    en corps suceur de suc du chant ardent…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s