Le poème II

verger-oranger-main-8241013

Comme un grand vol immobile laisse maintenant le poème bien en évidence sur la table

Pour la mouche sur la vitre qu’on dit éprise de poésie Pour la nécessité de sa perte

Surtout s’il n’y a pas de lune et qu’une guitare est plantée bien stable dans le vers comme mille soleils

Et laisse-le témoigner à ta place de la danse des oranges derrière tes fenêtres

De février

Puisque aussi bien tu auras gobé la mouche avant que soit admise cette merveille

Que la fauvette confirme à tous vents dans l’agrume de son chant lucide

 

Barbara Auzou.

 

5 réflexions sur “Le poème II

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s