Ma belle ouvrière

unnamed (1)

On frappe

On a du frapper

Contre ce qui incite à sortir de l’écho plaintif d’un vieil ordre accroupi sur ses talons

On frappe

On a du frapper

Contre l’écorce lucide de l’homme renforcé en accord avec ses visions

Sinon pourquoi ma belle ouvrière si facilement sentencieuse au col d’hirondelle du matin

Pourquoi je n’ai jamais vu avec autant d’acuité l’étrange la discrète émeute des corps à l’unisson

Chercher l’orange du jour dans ce qui tient lieu de pensée et qui voudrait entraver l’oiseau nu de nos âmes

Je te regarde

Et je pleure de te voir

Vouloir changer le monde avec tes seules armes

Qui sont simples fleurs des champs

 

Barbara Auzou.

 

2 réflexions sur “Ma belle ouvrière

  1. Ce matin dans une pluie obstinément venteuse
    au regard trouble
    et sale
    en descendant vers la Chaume
    dans un virage
    j’ai vu des prunus en fleurs
    Il m’a fallut un certain temps
    pour tenter de me faire à l’idée que c’était le 17 Février
    Alors je m’ai dit quand l’hirondelle va revenir
    pourvu que ce soit pas l’hiver
    Les gens sont devenus si méchants
    à tout déformer, médire et s’en vanter
    Vois-tu je suis monter sous la dalle de mon toi
    là où l’hirondelle construit
    et n’en suis pas bougé…

    N-L

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s