Au demeurant la poésie

images (6)

Au demeurant

La poésie ne croyez pas que.

Elle a la voix tirée en arrière

Que des lointains essaiment. C’est.

Il faudra réfugier la peau les os

Dans le poème . Drain pour les veines

Devant l’œil qui lit. S’en va avec le drap

De l’enfant déroulé. Applaudissements de sabots.

C’est joli. Levé comme un rameau.

Pour un peu on. Sans les trompettes de la renommée

Dans le ventre étroit. Bonds de poulains pour.

 

Barbara Auzou.

8 réflexions sur “Au demeurant la poésie

  1. Bonds de poulain dans l’espace que la mère jument
    stalle de sa protection
    Au-delà de la clôture cavalière
    la poésie court sur la vague en posant sa propre écume
    Le jupon espère du vent pour son corps à mouvoir
    L’âme vole de ses propres ailes
    Tu as ces mots que le silence diffuse et la voix qui s’estompe dès l’embouteillage, Ma.
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s