La part sublime de l’entrevu

la part sublime de l'entrevu

Têtus

Nos yeux portant l’hiver dans la paille d’un printemps ravi

Bleues les oublieuses abeilles au détour d’un chemin surpris

Et l’on s’habitue à dire tu à dire oui dans le muscle et les sèches

Courbes d’une bouche sans sourire qui emporte comme une grande bobèche

La part sublime de ce qui ne fut qu’entrevu avec la brutale indifférence

D’un retour de saison

 

Barbara Auzou.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s