Lettre onzième

9b9d6f337856ca4d68396b5bdbdabd44

Je t’écris

La vie est revenue sur la pointe des pieds avec son arôme et son cri

Le grand cheval pandémique est rentré à l’écurie sans s’excuser les mains creuses de vent

J’ai couvé mon œuf de patience jusque tard pour être heureuse un peu

À  quoi bon ce matin interroger des mystères sous ce bleu d’acier tournant sur sa vis

La coupe n’est pas vide

La vie séductrice soulève mon coeur encagé comme une idole en retard

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Lettre onzième

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s