Lettre treizième

9b9d6f337856ca4d68396b5bdbdabd44

Je t’écris

Je suis sortie ce matin coiffée d’une plume solaire et d’un masque pour la bile

première nécessité brèche entre les cœurs et les corps fébriles

J’ai échangé des signes avec des des visages muets dont la vie se déroule ailleurs

Il s’échappait d’eux le souvenir ému d’avoir aimé une fleur sans slogan mais éternelle

Poussent sur l’état de guerre des destins d’hirondelles que l’on fauchera sans regret le moment venu

 

Barbara Auzou.

10 réflexions sur “Lettre treizième

  1. J’ai lu ta lettre à l’oiseau, le facteur encore dans l’escalier
    ignorant le tintamarre qui venait d’une porte du palier
    Remontant par delà la bretelle, arrivé à l’aisselle j’ai humecté mon pinceau
    nous avons poursuivi au-delà du temps imparti
    Et là dans l’espace du polissage en cours les premiers immeubles de l’ïle de la Cité ont sorti Utrillo du litre de rouge
    n’est restée que toi seule, la marguerite droite sur sa tige au centre de ce chant matinal
    Je crois que ce travail de couture qui m’obsède a tiré son aiguille..
    N-L

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s