Les couturiers

les couturiers

Allons recoudre doucement les tissus

De cette mappemonde singulière

Facilement oublieuse des défaites

Jusqu’à lui faire une cuirasse bien articulée

Sous une constellation de marguerites effrontées

Rappeler la fête dans nos veines d’un bleu profond

Avec tout ce sang vivant qu’on évite

M’ennuient les trop sobres aspirations

Et les précaires saisons d’avant les nids

Qui plantent des épingles dans ma ronde nature

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “Les couturiers

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s