Lettre quinzième

9b9d6f337856ca4d68396b5bdbdabd44

Je t’écris

Derrière la fenêtre quand-même des images passent comme la charge douce d’un pays de sang livré aux mains d’une fleur doucement cicatrisante

Avec des motifs valides et gantés de blanc on se regarde différemment de guerre lasse dans un coin du ciel

Et c’est un son de pipeau que promène le vent

Les yeux fermés heureusement mon oiseau écoute en dedans son nom prononcé

Et ravive son chant primitif

 

Barbara Auzou.

 

6 réflexions sur “Lettre quinzième

  1. Je sors de tes mots l’important qui ne regarde que moi
    tout comme l’italien que je n’oublie pas
    Le présent lapidaire émerise jusqu’au sang
    c’est inavalable le baiser avec la langue à part
    J’ai refusé de prêter mes mains au mouchoir du quai des départs
    quand la lanterne rouge a disparu sous le tunnel un grand oiseau blanc dressait ses ailes dans le ciel bleu…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s