L’enfant des hautes-verrières

l'enfant des hautes verrieres

Non

Je n’ai pas lâché

la main de l’enfant

des hautes- verrières

son amour ses mots

absolus et brutaux

ses plaines sans fin

ses moitiés de refrains

la fraise à l’index des temps

la précision de sa fièvre

d’hier son présent

borné ses batailles de ronces

déclinées en métaphores

du voyage je n’ai pas renoncé

au partage commun des étoiles

et de ses lèvres sous ce ciel

découragé

 

Barbara Auzou.

 

 

6 réflexions sur “L’enfant des hautes-verrières

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s