L’intime et le collectif

l'intime et le collectif

L’espace jeté sur le monde

est un oiseau de verre

sans nouvelle du village qu’il a quitté

Rond de chair l’amour immobile

derrière le carré de la fenêtre

lui sourit d’une fragile gencive

au-dessus d’un bol ébréché

Tous les baisers ont cette odeur de brûlé

et de flammes vives restées

au bord intérieur d’un seul désir

et le matin fait un écart pour les laisser passer

L’intime et le collectif se livrent ensemble

À des assauts collectifs sur le jardin

 

 

Barbara Auzou.

 

 

7 réflexions sur “L’intime et le collectif

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s