Une affaire de port

L'épave sur son tribord

La glycine déjà se démène pour succéder au lilas sans qu’un dialogue ne se soit noué

sans qu’il n’en soit née aucune aquarelle Il me faudra parcourir encore le domaine abandonné

de mon visage resté à quai entre deux saisons pensant suivre l’horaire du désir et celui des marées

Il semblerait qu’il ait manqué la mer d’une seule vision et il mime aujourd’hui les contours d’une caravelle échouée sur la plage

La tête c’est toujours une affaire de port

 

Barbara Auzou.

Une réflexion sur “Une affaire de port

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s