Dix-neuf heures (XVIII)

luzerne.1283976442

 

Le temps n’étant jamais dans la ligne qu’on lui a assignée

on apprend doucement à ne plus lui en assigner et la durée

maligne forte de ce constat repart avec une bonne longueur d’avance

s’amuser de sa proie dans un grand champ de luzerne

au goût de présent de menthes et de vacances

 

Barbara Auzou.

6 réflexions sur “Dix-neuf heures (XVIII)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s