S’il fallait te nommer

s'il fallait te nommer

S’il fallait te nommer

je ne disposerais

que des mots empruntés

à l’enfance nue

les clefs vertes d’une existence

lancées aux oiseaux

en graphies de feu

et c’est bien peu

que mon coeur immédiat

le danger permanent de sa combustion

sous sa couronne déchirée

qui n’a de cesse de te chercher

dans un vocable absolu

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “S’il fallait te nommer

  1. ENTRESOL

    A l’endroit où la fenêtre s’arrondit

    la barre du tapis contremarche

    Sur le clavier ouvert la symphonie inachevée traîne

    et pendant que le bouquet de fleurs lui se réfugie au creux du bras

    l’oiseau apprend à l’enfant comment savoir se taire à l’écart du bruit

    Niala-Loisobleu – 1er Juin 2020

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: S’il fallait te nommer — Lire dit-elle – Aila

  3. Pingback: S’il fallait te nommer — Lire dit-elle – TYT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s