Dix-neuf heures (XXVIII)

28

Le jour est resté assis dans le pommier prêt à en découdre avec le marasme de la nuit qui advient

Le vent s’est déchaussé pour assister à la scène en témoin avant de revenir souffler sur mon sommeil habité

par l’oiseau de l’épaule- qui sait depuis longtemps la victoire répétée du jour sur la nuit

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Dix-neuf heures (XXVIII)

Répondre à barbarasoleil Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s