L’attendue/ Claude Roy

Claude roy

Je t’attendrai en haut de la plus haute tour où pleurent nuit et jour les absents dans le vent Quand les oiseaux fuiront je saurai que le jour est là marqué des pas de celle que
j’attends

Complice du soleil je sens son corps mûrir de la patience aveugle et laiteuse des fruits ses froides mains de ciel lentement refleurir dans le matin léger qui jaillit de la
nuit.

2 réflexions sur “L’attendue/ Claude Roy

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s