Les pays de haute haleine (VI)

les pays de haute haleine 6

Je mettrai un banc qui a absorbé depuis longtemps les songes de la pierre et qui s’ouvre à la lumière que le vent transporte

Et puis des yeux tout autour pour gagner encore un peu sur le terrain de l’aperception

Pour le petit moineau qui me rêve et qui martèle au tympan de ma maison

Il me faut caresser maintenant cette différence venue avec l’amour comme un complément

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “Les pays de haute haleine (VI)

  1. Il y a tout à tirer dans le parti pris de la différence
    l’usure des roues dentelées de l’habitude fini par plomber la ceinture
    un scaphandre pour plonger oui, pas pour traverser la responsabilité d’autrui
    Le petit moineau a un regard qui grute…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre à Libres jugements Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s