Le Pays Découvert/ Yves Bonnefoy

bonnefoy

L’étoile sur le seuil.
Le vent, tenu

Dans des mains immobiles.

La parole et le vent furent de longue lutte,

Et puis ce fut d’un coup ce silence du vent.

Le pays découvert n’était que pierre grise.
Très loin, très bas gisait l’éclair d’un fleuve nul.
Mais les pluies de la nuit sur la terre surprise
Ont réveillé l’ardeur que tu nommes le temps.

2 réflexions sur “Le Pays Découvert/ Yves Bonnefoy

Répondre à barbarasoleil Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s