Dix-Neuf Heures (LXI)

61

Ce qu’il faut d’alarmes

ce qu’il faut de nids

posés dans des ciels fourvoyés

pour qu’une seule goutte

d’accord parfait sur la lèvre

se glisse l’espace d’un instant

comme une nourriture qu’on arrache

ou que l’on pille  géométrie jusqu’à

l’éclatement

où s’agglomèrent à la fois la patience

et l’insolent désir des filles

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “Dix-Neuf Heures (LXI)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s