Le soleil à bras-le-corps

le soleil à bras le corps

Le soleil à bras-le-corps

j’aurais cru

mais le char est passé

traînant un corps brûlé

dont la main cherchait

l’éternelle moisson

l’odeur de semence et de rose

l’air ce matin tremble

comme un papillon nu

de déshérence en déshérence

pourtant des oiseaux

encore se posent

traversés par les vents

leur étreinte d’eau

pour eux seulement

et puis pour les fleurs

 

Barbara Auzou.

6 réflexions sur “Le soleil à bras-le-corps

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s