Au sel de la différence

J’ai lancé des mots de lait au seuil d’un jour qui fulminait dans son propre empressement

Comment aurais-je pu espérer un retour de toutes ces voix qui gisaient englouties de visible?

puis j’ai posé mes mains sur la chaleur qui parle en rêve au sel de la différence

Des fleurs têtues de sororité effrontément prévisibles ont reniflé à ma peau l’âme de ma constance

Et m’ont proclamée belle pour encore cent ans

 

Barbara Auzou.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s