Au dimanche de la main

Je viens émue l’amour me danse

sans guide ni palan avec des fleurs

sanguines

dans le dimanche de la main

le ciel marche sur la terre

ajustant à peine ton épaule

le cygne de ton cou ne pliera pas

sous les sentences

aimer c’est laisser être

protéger de tout ce qui enfreint

de tout ce qui contraint

je te rends à ta condition de nuage

jusqu’au calice de la bienvenue

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Au dimanche de la main

  1. Ecrasé par la foule, chante le piaf
    devant la crue déferlante de voyeurs rassemblés là comme le maintien d’un mur de la honte…
    Rendu au nu âge
    il hésita à renfiler son costume marin
    et somme toute
    laissa sa nature toute entière se laisser griser par le bleu de l’air…
    N-L

    Aimé par 1 personne

  2. Poème de l’amour
    Anna de Noailles
    1924

    XXV

    Le silence répand son vide ;
    Le ciel, lourd d’orage, est houleux ;
    On voit bouger, tiède et limpide,
    Le vent dans un mimosa bleu.

    Prolongeant sa douceur étale,
    Le jour ressemble aux autres jours ;
    Un craintif et secret amour
    Rêve, sans ouvrir ses pétales.

    — Ainsi, pour longtemps en jouir,
    La Hollande, en ses vastes serres,
    Par des blocs de glace resserre
    Les tulipes qui vont s’ouvrir…

    https://fr.wikisource.org/wiki/Po%C3%A8me_de_l%E2%80%99amour/Texte_entier

    Merci pour tous tes poèmes riches de ta belle personnalité ! Douce soirée et bon dimanche Barbara !
    Bisous amicaux et musicaux d’Auvergne.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s