Fleur double

Je l’ai trouvée sauvage parmi les pierres

jetant des hymnes aux saisons

elle rêvait par la peau les cils collés encore

au rond-point du printemps

interrogeait-elle alors l’espace trop grand

 ou les oiseaux qui s’inclinaient sur son passage?

moi je cherchais un livre pour vieillir

et l’autre moitié de mon visage

laissé au garrot d’un doux dédain

et j’ai fait pousser des soleils sur ses gravats

qui lui faisaient des paliers nus

j’ai depuis une fleur double au front 

un chant bohême aux papillons

émus de ma poitrine

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Fleur double

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s