Averse d’or

l’arbre et la chanson sous une averse d’or se découvrent partout de communes racines

sous la pluie jugée inopportune le ciel m’agrée

l’eau jaseuse comme elle est m’agrée

et entre deux tresses d’horizon parfois me mord

le coeur des anémones qui se devinent galopent sous les futaies

pour y grignoter joyeuses la couleur de leur clair accord

 

Barbara Auzou.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s